LA MISA CRIOLLA

Quand Ariel Ramirez se proposa de composer une messe chantée sur des formes musicales purement folkloriques, il reçut la stimulation et l’appui du R. P. Osvaldo Catena, conseiller liturgique pour l’Amérique Latine, du R. P. Jésus Gabriel Segade, maître de la chorale de la basilique du secours, et du R. P. Alexandre Mayol, un des promoteurs les plus enthousiastes de cette idée. Après avoir longuement discuté ce thème, il se résolut à choisir le texte liturgique espagnol récemment approuvé par les milieux les plus informés de l’Amérique Latine.
Sur ces paroles Ariel Ramirez devait trouver les éléments rythmiques les plus adéquats, pour transmettre la ferveur de chaque séquence de la messe au sein de l’ambiance musicale de ce folklore. En tenant compte de ces problèmes, Ariel Ramirez envisagea sa composition comme une oeuvre pour solistes, choeur et orchestre. La Misa Criolla débute avec le Kyrie conçu sur deux rythmes « Vidala et Baguala » aptes à exprimer la profonde supplique de cette litanie. Le Gloria marque le rythme d’une des danses les plus populaires du pays « le carnavalito ». C’est une forme populaire choisie avec certitude pour traduire la joie de la gloire du seigneur. Le moment le plus difficile de la Misa Criolla est , sans aucun doute, le Credo par la grandeur de son thème et par le rythme choisi « La chacarera trunca ». Ariel Ramirez a travaillé le Sanctus sur un des plus beau rythme du folklore bolivien, le carnaval de Cochabamba, au rythme marqué et subjuguant, comme l’exige ce moment de la messe dans lequel on acclame la gloire qui emplit les cieux et la terre. L’Agnus Dei s’exprime dans un style très « pampeano », solennel et doux en même temps.

La Misa Criolla d’Ariel Ramirez, avec les Chorales à Cœur Joie :

  1. KYRIE
  2. GLORIA
  3. CREDO
  4. SANCTUS
  5. AGNUS DEI
  6. LA PASTORA
  7. UMBRAL DEL SOL
  8. RECUERDO
  9. LA PEREGRINACION
  10. CANELA
  11. LLORANDO SE FUE
  12. AMORES HALLARAS
  13. INTI JUYNA
  14. LA TENDRESSE
  15. URPIKUNA
  16. EL CONDOR
  17. AUSENCIA

 

 

 

 

Laisser un commentaire